MDF : Le panneau qui a la fibre décorative !

Vous voulez être au parfum des tendances de ce moment ? Sachez que le panneau MDF revêtant l’essence du bois est l’incontournable matériau de cette époque, en matière de décoration d’intérieur. Hyper économique et doté de multiples caractéristiques, rendant son usage pratiquement adapté à tout environnement, ce dérivé du bois gagne du terrain ! Découvrez vite cette merveille !

Qu’est-ce que le MDF ?

Les fibres MDF s’agrippent de plus en plus à notre décor intérieur. Ses performantes caractéristiques mécaniques, son usinage facile et sa capacité à s’adapter à de variantes finitions les rendent en un incontournable matériau de décoration de ce siècle.

Structure et fabrication du MDF

Le Medium Density Fiberboard signifie littéralement “panneau de fibres à moyenne densité”. Ce produit résulte de l’assemblage de fibres de bois avec un liant synthétique.

Les fibres provenant des bois feuillus ou des bois résineux sont tout d’abord collées, puis ramenées à une pression d’une température très élevée. On retrouve facilement ces produits dans toutes les grandes enseignes de bricolage.

Pour que le matériau naturel se transforme en MDF, il doit subir le processus de façonnage suivant qui se répartit en 8 phases :

  1. premièrement le bois brut est déchiqueté et ramené en plaquettes
  2. les plaquettes sont, par la suite, calibrées et classées puis nettoyées et dépoussiérées
  3. survient ensuite le défibrage par un traitement à la vapeur
  4. puis, les fibres sont encollées
  5. une fois assemblées, elles passent au séchage
  6. lorsqu’elles sont sèches, les fibres sont remises à une haute pression pour obtenir les caractéristiques mécaniques et physiques attendues
  7. et finalement, on leur impose le refroidissement pour être optimalement stabilisées
  8. une fois toutes ces étapes accomplies, les fibres sont alors ramenées au formatage pour se décliner en plusieurs gabarits

Caractéristiques du matériau MDF

On reconnaît le matériau MDF par son résultat de sciage uniformément net, sans aucune bavure. Le panneau MDF est originairement insensible à la fente. Par ailleurs, il n’est nullement sujet à la déformation ni à l’éclatement.

Suivant le traitement d’appoint appliqué au MDF, l’esthétique du produit fini peut être préalablement mélaminé ou laqué, et son tempérament peut être hydrofugé ou ignifugé.

Loin de ressembler au bois brut, le ponçage et le rabotage de cet élément ne requièrent aucun sens de fibres à respecter. Et pour ceux qui veulent lui apporter quelques touches décoratives telle la moulure, la perforation et la teinture (ou laquage), le travail est simplifié grâce à l’homogénéité de sa texture.

Cette capacité à s’adapter facilement à tous les types de finition, ajouté aux efforts des fabricants à améliorer ses performances techniques, rendent ce matériau multifonction.

L’évolution du MDF

L’isotropie du MDF contribue énormément à sa polyvalence, ainsi qu’à sa renommée. Parfaitement aptes à être travaillées sous trois directions différentes, les fibres du MDF ne bougent pas d’un poil.

Et c’est cet aspect-là qui lui ouvre les portes de plusieurs domaines, avec un coût abordable par rapport aux prix des matériaux naturels tels les bois et les métaux.

Une densité de mieux en mieux maîtrisée

Si l’on a substitué le bois au MDF, mise à part sa facilité de travail, il est évident qu’en terme de densité, le bois ne fait pas le poids par rapport à ce dernier.

Les masses volumiques des panneaux de fibres ne cessent de progresser en s’allégeant de mieux en mieux, rendant leur manipulation encore plus commode.

Encore catégorisé en HDF avec une densité de 800kg/m³, le MDF se présente en 750, et même en 600kg/m³ pour les plus légers.

Une étanchéité améliorée

Si auparavant, ce matériau hors du commun était encore sujet à l’humidité et à l’eau, actuellement, cette sensibilité au gonflement aurait été améliorée grâce aux propriétés physiques que lui auraient inculquées ses fabricants.

Ces derniers l’ont catégorisé en classe 2 lorsqu’il est adaptable aux milieux humides tels la cuisine et la salle d’eau.

Caractère aérateur perfectionné

Au grand bonheur des architectes d’intérieur et des menuisiers, le perfectionnement du caractère aérateur du MDF leur permet de l’utiliser en tant que partie composante d’un bardage ou d’un autre type d’aménagement intérieur perspirant.

Une production à grande échelle

Vu l’ampleur des demandes de la clientèle suite à leur engouement envers ce matériau, la production a dû être boostée exponentiellement. Divers modèles dans de multiples dimensionnements, avec des qualités variées sont alors proposés au niveau du marché de la décoration intérieure.

Le panneau MDF s’applique…

Les qualités appliquées aux panneaux de fibres les permettent d’être affectés à de multiples destinations.

On les retrouve principalement dans :

  • la décoration de l’aménagement intérieur
  • le mobilier
  • l’agencement décoratif du secteur tertiaire

Dans l’aménagement architectural intérieur

Qu’importent leurs modèles et leurs formatages, les panneaux de fibres sont très prisés pour revêtir ou décorer l’intérieur d’une maison.

Étant présentés sous des finitions merveilleusement mélaminées, stratifiées ou laquées, les décorateurs se les arrachent.

Livrés en produits finis tels les portes coulissantes, les plaquées de bois, les lambris revêtus ou les plinthes, les architectes d’intérieur en font leur matériau par excellence.

Faisant office d’isolants acoustiques, de divers revêtements (plafond, parquet…), d’accessoires décoratifs (frises, moulures…), le MDF est présent à tous les coins de notre habitat.

À cet effet, les panneaux de fibres atteignent maximalement une taille de 250 cm de longueur sur 122 cm de largeur pour une épaisseur allant de 3 mm à 28 mm.

En tant que mobilier

Adoptés en tant qu’âme (zone centrale du contreplaqué) ou tout juste en parement, les panneaux MDF tapissent merveilleusement bien les parois ou l’intérieur de tous nos meubles, sans exception.

En effet, ils peuvent être découpés sous des formats de mobiliers différents, comme ceux de la salle d’eau ou de la cuisine, de la bibliothèque ou de l’étagère, ou encore ceux du dressing ou du placard.

MDF

Vaisselier en panneau MDF sculpté

En agencement décoratif du secteur tertiaire

À une échelle plus développée, le MDF se réinvente en plateaux de bureau, en porte de communication et peut même parfois substituer les marches de l’escalier ! Dans ces cas-là, on les retrouve le plus souvent dans les zones d’accueil et les bureaux du secteur tertiaire.

Le MDF s’affiche sous un aspect…

La douceur et l’homogénéité de ses bordures et surfaces lui permettent d’adopter de multiples finitions pour répondre à de diverses fonctions.

Mélaminé imitant le bois ou stratifié

D’une gamme plus élevée, les panneaux de fibres de bois sont combinés avec une plaque mélaminée. Cette dernière accorde plusieurs possibilités d’illusion. D’un modèle à un autre, la plaque peut emprunter l’aspect stratifié, l’impression du bois, du cuir ou d’autres motifs.

Sous ce type de finition, le MDF se retrouve généralement sur les parois de la cuisine ou de la salle de bains.

Laqué avec du polyuréthane

Le nec-plus-ultra des anciens modèles du MDF est sûrement la version laquée. Pour près de 90 € le mètre carré, les panneaux de fibres de bois doivent recevoir au minimum 3 couches de laque. L’usine est censée apporter un soin particulier de ponçage après chaque couche de laque appliquée.

Pouvant être commandé sur-mesure et puisant sa couleur dans l’infinité de teintes RAL, le MDF laqué est une option intéressante pour celui qui veut trancher pour un décor personnalisé et original.

Plaqué d’essences de bois divers

Plus connu sous cette forme-là, le MDF est naturellement associé aux essences de bois, qui ne sont que des résultats de placage. On retrouve fréquemment le chêne et le teck pour les tons clairs, le zébrano et le wengé pour les tonalités plus prononcées.

En relief 3D ou à motif design

Dernier-né des évolutions de ce matériau : la texture 3D ! Et oui, le tridimensionnel via le MDF engloutit nos murs ! Conjugué avec des motifs graphiques soigneusement recherchés, les panneaux de fibres de bois assurent une ambiance futuriste à notre intérieur.

MDF

Panneau MDF en relief pour revêtement mural

Ce qui particularise le MDF, c’est…

Si le panneau de fibres de bois rafle le marché en matière d’aménagement décoratif, c’est que sa constitution présente de multiples atouts :

  • entièrement isotrope
  • retrouvée sous de tailles et couleurs différentes
  • facilement manipulable et installable
  • dotée d’une densité diversifiée permettant de multiples usages
  • écologiquement responsable
  • qui a les atouts du bois sans ses handicaps

Sa stabilité exceptionnelle offrant une infinité de finitions

Comme nous l’avons cité un peu plus haut, c’est l’isotropie de ce panneau de fibres qui fait du MDF un matériau hors du commun. Techniquement parlant, les propriétés physiques et mécaniques inculquées à cet élément font que lors d’un ponçage ou d’un rabotage, le sens des fibres (handicapant le cas des bois bruts) n’ont plus aucune importance.

Uniformément homogène dans les trois directions, le travail à cœur ou en surface de ce dernier est tout bonnement facilité.

Sa densité variable permettant de multiples usages

On distingue habituellement trois grandes catégories de MDF en matière de densité :

  • les MDF proprement dits, des panneaux de fibres de bois standards avec une masse volumique de 750 kg par mètre cube
  • puis, la haute densité frôlant les HDF (High Density Fiderboard), avec 800 kg par mètre cube ; ces éléments sont prédestinés à être utilisés comme plancher par exemple
  • et finalement, les LDF (Light Density Fiderboard) avec une densité moins lourde de 600 kg par mètre cube. En dehors du domaine de l’habitat, les camping-cars et les caravanes ont aussi recours à ce matériau

Ses larges palettes de dimensions et de styles

Rarement en rupture de stocks, le MDF épouse mille et une dimensions afin de répondre aux besoins des usagers, allant de simples décorateurs, aux grandes enseignes du mobilier.

Lorsqu’il est destiné pour les industries du meuble, il peut atteindre une taille de 400 cm de longueur et de 200 cm de largeur, avec une épaisseur allant de 3 mm à 58 mm.

Il est à souligner que les fabricants proposent les panneaux MDF sous différentes gammes, pour que chacun puisse trouver ce qui lui convient.

Sa manipulation et installation faciles

Suite à sa texture, on peut attribuer diverses formes et aspects aux panneaux de fibres de bois sans aucune difficulté.

En effet, suivant le style que l’on voudrait lui donner, une multitude de mises en forme peut aisément s’effectuer, à savoir : le perçage, le sciage, la moulure, le vissage, le clouage, l’encollage… Tout cela sans aucun risque de fente, de déformation ni de fissuration.

MDF

Cloison en MDF, motif fleuri sculpté au laser.

L’absence des désagréments du bois

Étant caractéristiquement et esthétiquement proche du bois, le panneau MDF ne possède pas pour autant ses inconvénients. Ne présentant pas de nœuds, n’étant pas soumis à une remontée de tanin, ne se fendant pas aussi facilement, on peut affirmer que le MDF est une version du bois améliorée.

Et s’il y a un point qui les différencie énormément, boostant le succès de ce récent matériau par rapport à celui du bois, c’est évidemment son coût. Car le panneau de fibres de bois est nettement plus abordable que le bois massif.

Son caractère éco-responsable…

Le façonnage du bois s’exécute à partir du type de bois obtenu après une “première éclaircie”. C’est un procédé qui consiste à éliminer les plus chétifs afin de laisser place aux arbres jugés aptes à croître sainement et correctement.

Les espaces forestiers concernés sont majoritairement gérés sous les certifications écologiques FSC et PEFC. D’où on peut affirmer que l’exploitation du bois pour la fabrication des MDF revêt un esprit écologiquement responsable.

Malheureusement, on lui reproche…

La présence du formaldéhyde

Bien souvent accusé à tort, la présence du formaldéhyde dans le panneau MDF a été allégée depuis une quinzaine d’années en France. Et ce produit est même entièrement banni de certains modèles.

En effet, en 2002, un décret obligeant les panneaux MDF à afficher un taux maximal de 8 mg d’aldéhyde pour 100 g de produit a été scrupuleusement respecté. Toutefois, le mythe persiste.

À titre d’information, il est à noter que la nocivité de l’aldéhyde a été grossièrement étiquetée au MDF car cet élément toxique est présent dans l’environnement habituel qui nous entoure. Les moquettes, la fumée des cigarettes, les tissus d’ameublement, et même le bois massif présentent tous une faible teneur d’aldéhyde.

La nocivité des poussières lors du travail

Si l’aldéhyde est réputé causer le cancer ainsi que d’autres pathologies, on reproche aux poussières du MDF d’être responsables de certaines pathologies ORL.

Pour une sécurité optimale, il est avisé d’aérer au maximum la pièce où l’installation aura lieu. Et porter un masque aussi limitera le risque d’inhaler les poussières.

Ce qui distingue un bon panneau MDF

Lors de l’achat, ne soyez surtout pas obnubilés par les différentes couleurs et formes que peuvent prendre les panneaux de fibres de bois. Ce ne sont que des critères superficiels. Seul l’homogénéité de sa texture diffère un bon panneau MDF d’un autre.

Pour ce faire, vérifiez bien ce détail en testant sa densité par un coup d’angle : si la texture interne est molle, passez votre chemin !

À présent, vous êtes informés de toutes les caractéristiques relatives à ce matériau moderne qu’est le MDF.

Sachez toutefois que l’évolution technologique en matière d’habitat ne cesse de progresser, en présentant divers éléments aussi performants les uns que les autres. Pour ne citer que les revêtements, pas moins d’une dizaine de techniques d’habillage vous sont proposées. Découvrez-les et opter pour celle qui vous convient au mieux.

2 commentaires

  1. Gillet 15/01/2017
  2. david 04/08/2017

Ajouter un commentaire